De l’implantation « juive » à l’implantation « islamiste »

La tribune « non au séparatisme islamiste » parue dans le Figaro du 19 mars, évoque des « islamistes qui ont réussi à s’implanter » et souligne le danger de « l’arme de la conquête politique et culturelle de l’islamisme ». Les « islamistes » sont présentés comme des habitants mystérieux qui errent dans les cités comme le feraient les soldats d’une armée d’occupation. On leur reproche de ne pas entretenir un lien étroit avec la République et même de comploter contre celle-ci 1. Comme si, en pratiquant un peu plus leur religion, les Français de confession musulmane étaient devenus un peuple étranger venu en Occident pour s’installer dans un pays qui n’est pas le leur.

Le concept de l’« ennemi intérieur » qui « s’implante dans le pays » était un élément clé de la propagande nazie. Il est aujourd’hui entièrement repris par le Figaro.

Pire encore, la conception de « l’implantation » permet aux cent « intellectuels » de présenter les pratiques religieuses des musulmans français comme une invasion forcée d’hommes barbus et de femmes voilées venus pour s’emparer du pouvoir. 

Cette vision de l’« autre » qui « s’implante dans le pays » est aussi un élément clé du discours d’Adolf Hitler. Dans Mein Kampf, il décrit les Juifs, en dépit de leur citoyenneté allemande, comme des vermines parasites qui se cramponnent là où ils s’établissent

quote-left

Le juif reste à l’endroit où il s’est établi et s’y cramponne, à tel point qu’on ne peut l’en chasser que très difficilement, même en employant la violence. Il est et demeure le parasite type, l’écornifleur qui, tel un bacille nuisible, s’étend toujours plus loin dès qu’un sol nourricier favorable l’y invite. L’effet produit est celui des plantes parasites : là où il se fixe, le peuple qui l’accueille s’éteint.

Adolf Hitler, ‘Mein Kampf’ 

Ce type de discours est décrit par le chercheur américain Louis Harap comme de l’« antisémitisme culturel » qu’il définit comme une « forme d’antisémitisme qui accuse les Juifs de corrompre une culture existante et de vouloir la supplanter ». Ainsi, les Juifs corrompraient la morale et la civilisation du pays dans lequel ils vivent par leur culture2

Hitler estimait que les Juifs, de par leur « nature parasitaire et totalitaire », visaient à dominer, non seulement l’Allemagne, mais le monde entier. L’idée fut largement reprise dans le film de propagande nazie Le péril juif (‘Der Ewige Jude’, 1940) qui présentait les Juifs comme des parasites culturels vagabondant dans la société aryenne. 

Comparons les propos du führer sur les Juifs dans Mein Kampf avec ceux du député François Pupponi prononcés à l’égard des « islamistes » dans la tribune du Figaro : 'Nous assistons aux prémices d’une implantation assumée par tous et par les services de renseignement. Mais l’État ne fait rien pour éviter la catastrophe.'

Dans la tribune du Figaro, le député François Pupponi décrit les musulmans avec les termes utilisés par Adolf Hitler pour décrire les Juifs.

Pupponi parle d’un « nouveau totalitarisme islamiste » qui — ayant remplacé le totalitarisme juif — chercherait à « gagner du terrain par tous les moyens » et « à exposer le peuple au retour des guerres de religion ». 

À son époque, Adolf Hitler évoquait des juifs qui « s’établissent » dans son pays et « s’y cramponnent ». Pupponi paraphrase le führer et parle de musulmans qui « s’implantent » en France. Hitler disait que le Juif « s’étend toujours plus loin dès qu’un sol nourricier favorable l’y invite », Pupponi décrit des musulmans qui « cherchent à gagner du terrain » alors que « rien n’est fait » pour les en empêcher3.

Si les propos sont tellement similaires, c’est que la pensée est identique. Pour éviter « la catastrophe » évoquée par François Pupponi, la stigmatisation des musulmans devient entièrement légitime, voire un devoir citoyen. Si on laisse les « parasites » avec leurs « pratiques rigoureuses et déshumanisantes » s’implanter dans « nos » rues et s’établir dans « notre » pays, ils ne pourront plus en être chassés et « le peuple d’accueil s’éteindra » (en l’occurrence les Français). 

Hitler appelait sans cesse son peuple à se méfier des Juifs. Pour lui, la race aryenne était menacée de dissolution et, pour la préserver, il ne fallait pas que les races se mélangent (interdiction de mariages mixtes, etc.). Dans la doctrine totalitaire de Pupponi, c’est pareil. Il estime qu’une société multiculturelle ne peut que mener à une perversion de la culture française et, par conséquent, à l’extinction du peuple français. 

Adolf Hitler et François Pupponi partagent une volonté systématique de réduire leur ennemi respectif à l’état d’un animal conquérant...


Extrait de l'eBook 

"Le Figaro – De l’islamophobie ordinaire à la propagande nazie"

à télécharger gratuitement ici.


DERNIERS ARTICLES

Enlevés du continent africain, l’histoire des esclaves musulmans en Amérique (1re partie)
Selon la base de données du « Trans-Atlantic Slave Trade », 12,5 millions Africains ont été kidnappés entre 1525 et 1866 et[...]
Non Macron, nos ancêtres musulmans ne sont pas venus combattre par amour de la France
Dans son discours du 11 novembre pour le centenaire de l’Armistice de 1918, Emmanuel Macron a pris un moment pour[...]
L’imam Bin Badis et la petite fourmi, une leçon pour les musulmans d’aujourd’hui
Lorsque les armées du prophète Suleyman étaient arrivées à la Vallée des Fourmis, une fourmi ordonna aux autres d’entrer dans[...]
Questions-Réponses avec les lecteurs d’un journal hollandais (3e partie)
Dans cette troisième partie des questions-réponses, le débat porte sur la conception erronée de la musulmane opprimée, la propagande islamophobe,[...]
Remettre en question les idées des Lumières pour combattre le racisme culturel
Professeure de philosophie à l’université de Nijmegen aux Pays-Bas, Anya Topolski analyse les ressemblances entre le racisme nazi et l’islamophobie[...]
Lorsqu’un musulman pratiquant répond aux questions des lecteurs d’un journal hollandais (2e partie)
Aux Pays-Bas, le journal « De Correspondent » a souhaité briser les préjugés et les amalgames véhiculés par les grands médias sur[...]

Notes:

  1. Ce sont exactement les accusations portées par les nazis à l’encontre des Juifs : « Dès le départ, le Juif, habitant mystérieux d’un ghetto fantasmé, est perçu comme un élément étranger au Volk (peuple) ; il peut être appréhendé comme un déraciné, donc privé des hautes qualités morales permises par l’intimité du lien entre le Volk et son territoire, ou bien comme un acteur entreprenant de complots ourdis contre les non-juifs », George L. Mosse, ‘The crisis of German ideology’.
  2. Louis Harap, ‘Creative awakening: the Jewish presence in twentieth-century American literature, 1900–1940s’.
  3. Très similairement, Nadine Morano parle d’une « islamisation conquérante de ceux qui veulent ramener chez nous un mode de vie moyenâgeux ».

author-avatar

Chercheur à l'Observatoire des Islamologues de France

Aucune réponse A "De l’implantation « juive » à l’implantation « islamiste »"

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publié