Quand Macron tente de censurer les journaux américains qui dénoncent sa politique antimusulmane

Voici un résumé de la guerre hallucinante qui sévit entre Emmanuel Macron et les grands journaux américains qui dénoncent sa politique antimusulmane :

– Le 02 et 19 octobre 2020, le New York Times accuse Macron de s’attaquer à la minorité musulmane dans l’espoir de remporter les prochaines élections. Darmanin, quant à lui, « reprend la terminologie de l’extrême droite pour décrire les immigrés non blancs issus des anciennes colonies ». Selon le NYT, la caste politique qui est au pouvoir adhère aux « valeurs universelles » de la France qui « rejettent toute expression publique de race, de religion et d’ethnicité. »

– Le 23 octobre 2020, le Washington Post déclare que « au lieu de s’occuper de l’aliénation des musulmans français », le gouvernement français « cherche à influencer la pratique d’une religion vieille de 1400 ans »

– Le 31 octobre 2020, le journal américain POLITICO publie « La laïcité, dangereuse religion française », une tribune qui dénonce « la radicalisation de la laïcité française » qui serait à la base de l’augmentation des attentats terroristes en France. Sous couvert d’une lutte contre l’« islamisme », les musulmans seraient souvent privés de leur liberté d’expression. La tribune conclut que « La France paie un prix lourd pour sa laïcité fondamentaliste, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de ses frontières. »

Sous pression de l’Élysée, POLITICO finit par supprimer la chronique.

– Le 31 octobre 2020, un article du New York Times (« La France alimente-t-elle le terrorisme en essayant de l’éradiquer ? ») dénonce la criminalisation des musulmans non acculturés par le régime de Macron : « la conception du gouvernement français de l’islamisme radical repose sur une supposition problématique, à savoir que la principale cause du terrorisme en France serait l’incapacité des musulmans français à adhérer pleinement à la culture laïque du pays. » 

– Le 3 novembre 2020, une tribune parue dans le Financial Times dénonce la politique islamophobe d’Emmanuel Macron : « La guerre de Macron contre le séparatisme islamique ne fait qu’accroître les divisions en France ». Après un appel furieux de Macron à la rédaction du Financial Times, le journal retire la tribune de son site internet, un événement sans précédent pour le quotidien.

– Le 8 novembre 2020, le journal britannique The Observer publie une chronique dénonçant la censure de Macron : « Les fanatiques n’ont pas le droit de censurer les critiques. Emmanuel Macron non plus ». La chronique est reprise par The Guardian.

– Le 9 novembre 2020, le New York Times pointe le contraste entre la réponse démagogique d’Emmanuel Macron et le discours conciliant du chancelier autrichien après l’attaque à Vienne. Ce dernier avait dit que « nos ennemis ne seront jamais tous ceux qui appartiennent à une religion », alors que Macron utilise « un langage qui semble confondre l’islam avec une idéologie qui a parfois conduit à la violence ». L’article décrit une France qui veut « dé-islamiser l’islam » et une police française qui discrimine systématiquement, et de manière abusive, les musulmans.

– Le 12 novembre, la Associated Press publie un Tweet qui remet en cause la politique islamophobe de Macron : 

« Pourquoi la France incite-t-elle à la colère dans le monde musulman ? Son passé colonial brutal, sa politique laïque farouche et son président aux propos agressifs qui est considéré comme insensible à l’égard de la foi musulmane jouent tous un rôle. »

Sous les critiques de la mouvance islamophobe en France, l’AP retire son tweet.

Le 12 novembre, la Associated Press publie un Tweet qui remet en cause la politique islamophobe de Macron.

– Le 15 novembre 2020, Ben Smith du New York Times reçoit un appel téléphonique d’Emmanuel Macron qui tente de censurer les articles critiques à son égard : « Le président a quelques comptes à régler avec les médias américains : au sujet de notre “biais”, notre obsession du racisme, nos points de vue sur le terrorisme, et notre réticence à exprimer notre solidarité, même un instant, avec sa République assiégée. Le président français Emmanuel Macron m’a donc appelé jeudi après-midi de son bureau doré au palais de l’Élysée pour me soumettre une plainte. »

Macron n’accepte pas que les médias américains dénoncent sa politique discriminatoire envers les musulmans, car ils légitimeraient ainsi la violence. Le problème se trouverait, toujours selon Macron, chez les journalistes américains qui ne comprendraient pas la laïcité. Comme s'il fallait avoir étudié la laïcité française pour comprendre qu’une minorité est persécutée ?

Ayant compris que la plainte de Macron ne reposait sur rien, Ben Smith lui demande à la fin de l’entretien téléphonique « si ses plaintes à l’encontre les médias américains n’étaient pas elles-mêmes un peu trumpiennes [1]Des attaques hautement médiatisées au service d’un programme politique». Macron répond d’une manière on ne peut plus arrogante : « Mon message est le suivant : si vous avez des questions sur la France, appelez-moi ».

– Le 16 novembre 2020, The Guardian dénonce la tentative de censure de Macron auprès du New York Times.

AMNESTY INTERNATIONAL AUSSI DÉNONCE LA POLITIQUE ANTIMUSULMANE DE MACRON

Scott Sayare, ancien journaliste au bureau parisien du NYT, constate un schéma déconcertant dans les interventions de Macron : « Il est étonnant que le dirigeant de l’une des nations les plus puissantes au monde, une démocratie de premier plan, prenne le temps de faire savoir à plusieurs reprises et de manière directe, aux rédactions anglophones qu’elles se comportent de manière inappropriée ».

Selon le journaliste américain, « c’est à la fois absurde et potentiellement dangereux pour la tradition journalistique de liberté d’expression ». « Il est troublant que les rédactions acceptent de retirer leurs articles », dit-il.

Lauren Collins, correspondante à Paris pour le New Yorker, a défendu ses collègues sur Twitter : « Si Macron prétend que la France ne voit pas de couleur, le journaliste américain lui demandera simplement : comment cela peut-il être vrai si l’on sait qu’une personne noire ou arabe en France a vingt fois plus de chances d’être contrôlée par la police ? »

Déboussolé, Macron ne comprend pas la condamnation par les journaux américains de sa politique islamophobe. Or tout ce qu’ils ont publié est soutenu par le dernier rapport d’Amnesty International critiquant sévèrement le gouvernement de Macron qui mène « une campagne de dénigrement perpétuelle contre les musulmans français » et qui « lance lui-même une attaque contre la liberté d’expression ».

Le dernier rapport d’Amnesty International accuse Macron de mener une campagne de dénigrement perpétuelle contre les musulmans français.

Le rapport suggère que les musulmans ne bénéficient pas des mêmes libertés que les autres en France. Amnesty International déplore que « au nom de la laïcité, les musulmans en France ne peuvent pas porter de symboles religieux ni s’habiller selon leurs convictions religieuses dans les écoles ou lorsqu’ils souhaitent travailler dans le secteur public. »

Le rapport évoque aussi que des milliers de personnes sont condamnées chaque année en France pour avoir exprimé leur opinion. Il décrit comment un musulman pratiquant peut très facilement être qualifié de « radicalisé » du fait que le gouvernement s’acharne sur les musulmans. Les auteurs du rapport concluent avec une phrase qui résume tout : « La rhétorique du gouvernement français sur la liberté d’expression ne suffit pas à dissimuler sa propre hypocrisie éhontée. »

UN PRÉSIDENT QUI SE COMPORTE COMME UN ENFANT GÂTÉ 

Un peu partout au monde les médias commencent à comprendre qu’Emmanuel Macron s’est radicalisé et qu’il tente une manœuvre de séparatisme qui isolera la France du monde. 

Dans sa persécution des musulmans de France, le nouveau Führer ne tolère aucune critique ou remise en question. C’est pourquoi il va lui-même contacter les médias internationaux pour exiger la censure des articles critiques à son égard. Certains journalistes se posent la question s’ils doivent désormais craindre que Macron appelle le rédacteur en chef à chaque fois qu’un article ne lui plait pas

Le président français se comporte comme un enfant gâté qui exige une liberté d’expression pour humilier les musulmans, mais pas lorsqu’il s’agit de dénoncer sa persécution des musulmans. En même temps, il exige des musulmans qu’ils acceptent que des médias racistes dénigrent et insultent leur Prophète ﷺ, mais refuse qu’ils boycottent les produits français. 

En résumé, ce qu’Emmanuel Macron demande aux médias américains c’est de respecter son racisme antimusulman, mais sans jamais l’accuser d’être un raciste antimusulman. Il serait en effet temps qu’Emmanuel Macron passe un examen de santé mentale

_____________________________________

Voici un ouvrage qui analyse le racisme du gouvernement d’Emmanuel Macron:

Notes:

1 Des attaques hautement médiatisées au service d’un programme politique

author-avatar

Chercheur à l'Observatoire des Islamologues de France

Aucune réponse A "Quand Macron tente de censurer les journaux américains qui dénoncent sa politique antimusulmane"

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publié