Gilles Kepel, l’Héritage d’un Racisme Colonial

orientalisme

Le racisme colonial que Gilles Kepel a hérité de ses précurseurs orientalistes est détaillé dans l’ouvrage « Orientalisme » de Edward Saïd en 1977.

Pour comprendre les islamologues contemporains, il faut avant tout étudier les ouvrages des orientalistes à l’ère coloniale qui considéraient les musulmans comme une race sujette qui, au nom du développement et de la civilisation, devait être vaincue et mise sous tutelle occidentale.

À la fin du XXe siècle, lorsque l’étude dénigrante de « l’Oriental » est enfin perçue comme un discours impérialiste, l’orientalisme est fondu dans les sciences sociales et adopte de nouvelles appellations 1 pour se défaire de sa connotation coloniale. Cette manœuvre sournoise n’a cependant nullement empêché les islamologues, anthropologues et sociologues du XXIe siècle de transmettre et perpétuer l’héritage raciste de leurs « pieux prédécesseurs »...

L’ARROGANCE ORIENTALISTE

Dans son ouvrage « Orientalisme » de 1977, E. Said dénonça l’attitude orgueilleuse des orientalistes qui, par des descriptions réductrices, voulurent donner un sens à la vie des musulmans :

Edward Said Orientalisme

L’orientaliste regarde l’Orient de haut, avec l’intention de saisir dans sa totalité le panorama qui s’étale sous ses yeux : culture, religion, esprit, histoire, société. Pour cela, il doit voir chaque détail à travers le dispositif d’un ensemble de catégories réductrices.

Bouffis d’arrogance, les orientalistes prétendirent mieux connaitre les adeptes de l’Islam que les musulmans eux-mêmes. En étudiant la « créature orientale », ils acquirent un pouvoir qui leur permit, eux seuls, de donner une cohérence à l’Orient :

Edward Said Orientalisme

L’Oriental est donné comme fixé, stable, ayant besoin d’investigation, ayant même besoin de connaissances sur lui-même. Il y a une source d’informations (l’Oriental) et une source de connaissances (l’orientaliste), bref un écrivain et son sujet, inerte sans cela. Leur relation est foncièrement une question de pouvoir, qui est représenté par de nombreuses images.

Ce fut cette conception raciste de l’« Autre » qui justifia les ouvrages suprémacistes des orientalistes dans lesquels les musulmans furent traités comme des objets qui devaient être étudiés, décrits, jugés et parfois illustrés comme des animaux dans une collection de zoologie. Les orientalistes n’ont donc jamais ressenti les différences ethniques comme une richesse culturelle échangeable :

Edward Said Orientalisme

Au contraire, cette distance (culturelle) a simplement renforcé leur sentiment de la supériorité de la culture européenne ; leur antipathie s’étendait à tout l’Orient, dont l’Islam était considéré comme un représentant dégradé.

Avec l’orientalisme qui dépendait entièrement sur une idée de supériorité, l’Occidental se permit de prendre de nombreuses positions dans sa relation avec les musulmans sans jamais perdre sa posture de suprématie.

LE RACISME CULTUREL

Profondément ancrées dans le discours orientaliste, les théories raciales furent transmises de façon naturelle à la nouvelle génération d’islamologues qui se mirent à répéter les préjugés anti-musulmans instaurés par les colons. Les « spécialistes » contemporains de l’Islam ont cependant perdu les quelques qualités que possédaient les orientalistes traditionnels 2 tout en conservant l’hostilité culturelle et le faux-semblant de compétence et d’investigation.

De nos jours, le plus bruyant de la mouvance néo-orientaliste est sans doute Gilles Kepel qui ne cesse de criminaliser les musulmans pratiquants en liant leur culture au radicalisme et au terrorisme. Son hostilité culturelle et colonialiste est facilement discernable dans les interviews qu’il accorde aux médias français. En voici un exemple :

Gilles Kepel La culture politique française...

J’insiste sur le fait qu’il faut éliminer ce terme de “radicalisation” qui n’a aucun sens. La question est celle du passage au salafisme, en rupture avec les valeurs de la laïcité et de la démocratie. Ce qui est très frappant en France, c’est que le vocabulaire salafiste s’est érigé contre la laïcité. On le voit aujourd’hui dans les écoles, et notamment dans les cours de philosophie de Terminale où des garçons qui viennent en cours en djellaba et avec la barbe, et des filles en jilbab qui enlèvent simplement leur voile en classe, expliquent que la foi est plus importante que la raison et font des exposés dans lesquels ils récitent des versets du Coran et nient à la raison humaine une place quelconque au profit de la mise en œuvre de ce qui est dit dans les hadiths du prophète, c’est-à-dire les faits et gestes de son vivant, considérés comme une norme pour le comportement en société.3.

À l’instar de ses précurseurs orientalistes, Kepel dispose lui aussi d’un ensemble de clichés racistes et de catégories réductrices. Il considère ainsi que la pratique de l’Islam contient un « vocabulaire salafiste qui s’érige contre la laïcité » et, comme tout islamophobe, il se sent attaqué par des pratiques culturelles et religieuses contrastantes qu’il réduit à un reniement de la raison humaine.

La vision du « musulman dépourvu de raison » que défend Gilles Kepel fut déjà partagée par l’orientaliste anglais Evelyn Baring dans son ouvrage « Modern Egypt ».

Cette vision du « musulman dépourvu de raison » fut largement partagée par les orientalistes européens dans les colonies. Dans son ouvrage « Modern Egypt », l’orientaliste anglais Cromer 4 établit un contraste absolu entre le musulman « déraisonnable et différent » et l’Européen « raisonnable et normal ». Il estima que la logique est quelque chose « dont l’Oriental est tout à fait disposé à ignorer l’existence », que « les races sujettes n’ont pas la connaissance infuse de ce qui est bien pour elles » et que « les Arabes manquent singulièrement de faculté logique » 5.

Les propos de Kepel sont non seulement islamophobes, mais aussi misogynes. Taxer les femmes musulmanes de « salafistes sans raison » parce qu’elles portent un voile est une diffamation très similaire à celle des « nègres sans âme » de l’époque ségrégationniste américaine.

Le politologue conclut en dénigrant le Coran et la tradition prophétique et déclare que « la raison humaine » (qui pour lui n’est que la sienne) ne peut être appliquée en suivant les préceptes islamiques. Comme les orientalistes d’antan, Kepel estime que les musulmans n’ont pas de raison et impose sa perception personnelle comme universelle pour pouvoir éradiquer toute diversité culturelle.

La seule différence entre les anciens orientalistes et ceux de la génération kepeliste est que là où les premiers ne faisaient aucune distinction entre les musulmans 6, les derniers établissent une hiérarchie culturelle où le musulman pratiquant (l’« islamiste radical ») est considéré comme inférieur à l’arabe acculturé (le « musulman modéré »). Étant donné que ce dernier a été illuminé par les « grandes valeurs universelles de la laïcité française », il ne tombe plus sous l’étude de l’islamologie et est à l’abri de toute analyse stigmatisante et critique islamophobe. C’est ce racisme culturel qui explique pourquoi Kepel donne toujours la parole aux Arabes qui ont perdu leur identité en rejetant les valeurs musulmanes et jamais aux musulmans qui pratiquent simplement leur religion.

KEPEL DÉCOUVRE « LE BLÉDARD DE BRUXELLES »

Lors de sa visite à Bruxelles en mars 2016, Gilles Kepel s’est offusqué de voir le vivre ensemble dans une Belgique multiculturelle où dans sa capitale les citoyens acceptent la façon de vivre des musulmans. Très vite, il devint clair que le but de sa visite était de relier la culture et l’identité musulmanes au terrorisme en établissant une continuité logique entre l’Islam visible et le massacre d’innocents 7.

Dans une interview accordée au journal néerlandophone « De Morgen », Kepel déclara que face au terrorisme, les services de sécurité et de renseignements belges contiennent de nombreuses défaillances. Lorsque le journaliste lui demanda comment il explique ces défaillances, Kepel fit une déclaration abasourdissante :

Gilles Kepel  De Morgen (13/03/2106)  

Je me souviens très bien qu’à Bruxelles Midi, je suis tombé sur un homme marocain. En l’observant de plus près, je vis qu’il était habillé comme un montagnard du Rif marocain ; avec une djellaba traditionnelle et une ‘qob’, une sorte de cape qui protège contre le soleil et le froid. Cet homme marchait même comme un montagnard — avec les pieds écartés — comme s’il descendait d’une pente. C’est ce que les sociologues appellent l’“islam transplanté”. On voit ainsi des Marocains arriver en Belgique de leur pays natal qui se permettent simplement de poursuivre leurs habitudes quotidiennes sans nullement se laisser influencer par la culture d’accueil. Vraiment, la Belgique est en train de devenir un pays où différentes enclaves vivent côte à côte et entrent souvent en conflit. » 8

On remarque bien la posture orientaliste dans cette analyse qui contient une description arrogante et réductrice du musulman (source d’informations) que seul l’islamologue (source de connaissances) peut comprendre. En donnant une « cohérence » à la communauté musulmane, Kepel acquit une renommée et un pouvoir scientifique qui fait de lui une référence incontournable pour les médias et les autorités en place. L’Histoire se répète…

LA « DÉMARCHE ISLAMISTE »

Qu’un raciste anti-musulman perçoit l’habit non européen comme une attaque personnelle est tout à fait normal. Or, bien plus préoccupant sont les propos de Gilles Kepel dans lesquels il criminalise les musulmans traditionalistes en faisant d’eux une cause du terrorisme, car compliquant le travail des services de sécurité européennes.

Gilles Kepel Raciste et islamophobe

Kepel souhaite en finir avec le terrorisme en luttant contre l’identité musulmane du fait qu’il établit une corrélation directe entre le maintien de la culture musulmane et les attentats terroristes.

Observez bien la thèse ségrégationniste avancée par Kepel. Dans un premier temps, il se livre à un cliché réducteur et raciste du « Marocain du bled » pour ensuite déclarer que la djellaba et la « démarche » des montagnards du Rif sont la raison pour laquelle les services de sécurité n’ont pas pu éviter que des citoyens belges perpètrent des attentats à Paris.

Kepel établit une corrélation directe entre le maintien de la culture berbère, arabe ou musulmane et les attentats terroristes. Si on procède par déduction logique, on conclut que pour combattre le terrorisme il faut avant tout lutter contre l’identité musulmane et tout ce qui va avec ; les djellabas, les voiles, les barbes et bien plus dangereux ; la démarche islamiste !

Pourtant, les Français dans les pays musulmans — qu’ils soient touristes, retraités ou expatriés — poursuivent bien leurs habitudes quotidiennes sans se laisser influencer par la culture d’accueil, à moins qu’il s’agisse bien entendu d’aller manger un bon couscous. Et lorsque Gilles Kepel se rend en terre d’Islam il n’adapte ni ne délaisse sa démarche laïcarde. Est-ce pour cela que les musulmans devraient parler d’une « laïcité transplantée » ?

La haine du musulman pratiquant fait délirer Kepel qui ne semble plus contenir son racisme virulent. Sa thèse conspirationniste sur l’« islam transplanté » où la démarche des blédards rifains à Bruxelles empêcherait les services de sécurité de combattre le terrorisme est d’ailleurs un parfait exemple de l’islamophobie scientifique. On attend avec impatience la sortie de son nouvel ouvrage contre le terrorisme (intitulé — pourquoi pas — « Meine Republik ») où il pourra proposer d’incarcérer les musulmans pratiquants dans des camps de concentration pour y apprendre à marcher en jeans moulant et bien sûr… les pieds joints.

A suivre...​


  1. En 1873, le 1er « Congrès international des orientalistes » eut lieu à Paris. En 1976, il change de nom et devient « Le Congrès International des Sciences Humaines en Asie et Afrique du Nord ». En 1984, il est rebaptisé « Congrès international des études sur l’Asie et l’Afrique du Nord ».
  2. Comme l’étude de l’arabe et de certaines sciences islamiques.
  3. « La culture politique française championne du monde de la production de terroristes : une surprenante théorie américaine revue et corrigée par Gilles Kepel »
  4. Orientaliste et Consul Général durant l’occupation britannique en Égypte (1882 – 1907), Evelyn Baring (Cromer, 1841 – 1917) voulait civiliser l’esprit des Égyptiens afin de les rendre capables de réfléchir. Il estimait que la raison des Arabes et leur religion furent inférieures, déficientes et un obstacle pour la mission impérialiste.
  5. Cromer, “Modern Egypt”.
  6. Les musulmans furent tous mauvais du fait que le musulman occidentalisé n’existait pas encore.
  7. De retour en France, Kepel donne libre cours à ses fantasmes et se plaint des politiques belges qui sont complaisantes envers les « salafistes », qui ont pu ouvrir de nombreuses mosquées incontrôlées (et, bien sûr, dans lesquelles aucun des terroristes ne s’est jamais rendu).
  8. “Islamkenner voorspelt periode van strijd en verwarring: ‘België is kwetsbaar voor jihadisering’”, De Morgen (15/03/2016)

Gilles Kepel souhaite en finir avec le terrorisme en luttant contre l’identité musulmane du fait qu’il établit une corrélation directe entre le maintien de la culture musulmane et les attentats terroristes.

author-avatar

Chercheur à l'Observatoire des Islamologues de France

3 Réponses A "Gilles Kepel, l’Héritage d’un Racisme Colonial"

  • comment-avatar
    JMB 3 août 2016 (18 h 27 min)

    « …notamment dans les cours de philosophie de Terminale où des garçons qui viennent en cours en djellaba et avec la barbe, et des filles en jilbab qui enlèvent simplement leur voile en classe, expliquent que la foi est plus importante que la raison et font des exposés dans lesquels ils récitent des versets du Coran et nient à la raison humaine une place quelconque au profit de la mise en œuvre de ce qui est dit dans les hadiths du….. » :
    S´ils « expliquent » , c´est avec leur raison !!! C´est une variante du phénomène bien connu – et en fait
    inconnu – que des êtres humains utilisent leur raison pour démontrer qu´elle n´existe pas , ou n´est bonne à rien , ou inférieure à la « foi » : c´est la démonstration de l´irresponsabilité . Pas étonnant , et conséquent , quand on invente un dieu ou un prophète , et quand on se réfère à leurs textes comme l´autorité à prendre en compte « avant » de penser soi-même , et en oubliant sa propre pensée ……..!!!!
    Il n´y a donc rien à dire sur « le musulman dépourvu de raison » , quand « le musulman » se définit tel quel ! Ca n´empêche pas les autres , de musulmans , de se définir autrement s´ils le veulent et y parviennent ! Ils se retrouvent en bonne compagnie sur un chemin « moderne » , à la Kepel ou à la
    « science moderne » qui n´existe qu´au prix de la même irresponsabilité dans la pensée . Kepel prend note « avec raison »de ce que disent ces jeunes étudiants musulmans , puis perd aussi la boule dans les inconséquences de sa pensée …..

    View Comment
    • comment-avatar
      K. El Hidjaazi 4 août 2016 (11 h 30 min)

      En tant que musulmans, nous croyons que tout être humain à sa façon de raisonner et que le concept de « la raison universelle » est à prendre avec des pincettes, car chacun raisonne en fonction de l’environnement dans lequel il a grandi.

      Le musulman ne se décrit pas comme « dépourvu de raison » comme le prétend mensongèrement Kepel dans son article. Nous croyons seulement que la raison saine est en accord avec les textes révélés et que la raison corrompue s’y oppose. Ce sont dont le Coran et la Sounna qui, pour nous, déterminent les contours de la raison et non seulement notre l’environnement ou l’époque dans lesquels ont vit. Si ce n’était pas le cas, on pourrait être voleur (en suivant la raison) dans une société où le vol est permis et tueur là où le meurtre est autorisé, etc.

      Que notre raison soit formée sur des préceptes divins ne veut nullement dire que nous n’avons pas de raison. Tout comme on n’accusera pas Kepel de ne pas avoir de raison, malgré que sa raison est basé sur l’idéologie coloniale qu’il a héritée du passé.

      Les propos de Kepel ne sont donc pas exacts et diffamatoires, car il fait passer les musulmans pour des gens qui rejettent la raison. Nous ne rejetons pas la raison, bien au contraire, mais nous n’acceptons pas que l’on nous dicte ce qui est « LA raison » (ç.-à-d. le raisonnement occidental) pour ensuite nous taxer d’individus sans raison pour le simple fait que nous adoptons une raison qui est en accord avec nos valeurs et nos convictions.

      En gros, ce que Kepel nous dit c’est : « ou bien tu raisonnes comme moi, ou bien tu n’as pas de raison ». Et ça ce n’est pas seulement de l’intimidation, mais aussi une dictature intellectuelle…

      View Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié