Musulmans de France: coupables, car inassimilables

Le 19 mars dernier, Le Figaro a publié une tribune intitulée « non au séparatisme islamiste » signée par cent individus que le magazine présente comme « intellectuels ». Plusieurs islamophobes ultraradicaux figurent parmi les signataires : Alain Finkielkraut, Bernard de La Villardière, Pascal Bruckner, Luc Ferry, Bernard Kouchner ou encore Élisabeth Levy. 

Pourtant, un grand nombre d’eux n’ont auparavant jamais été décrit comme « intellectuels ». Par miracle, ils le seraient devenus en signant la tribune. Le Figaro les a donc élevés au rang d’« intellectuels » pour donner une certaine crédibilité à une campagne de haine et de dénigrement. La stratégie est très simple : convaincre le lecteur que si l’élite « intellectuelle » française déteste et met en garde la population contre les musulmans pratiquants, tout le monde devrait faire de même. 

Or, la tribune ne contient rien d’intellectuel ou de réfléchi, ni même de factuel. Sous couvert d’une guerre contre un « ennemi intérieur », les auteurs condamnent toute visibilité musulmane, tout enseignement islamique et toute organisation indépendante au sein de ladite communauté. 

Leur second objectif est d’étouffer toute voix s’opposant au racisme d’État. Ceux qui dénoncent les lois liberticides se feraient « passer pour des victimes de l’intolérance ». En résumé, la tribune vise à ôter aux musulmans leur liberté d’expression, leur liberté de culte ainsi que leur droit à la dignité

Dans Le Figaro, Cent islamophobes ultraradicaux ont publié une tribune intitulée 'non au séparatisme islamiste'

La campagne antimusulmane du Figaro1 part d’un constat annoncé comme problématique : les musulmans retrouvent leur identité et reviennent à leurs pratiques culturelles. Plutôt que de s’assimiler, ils se cultivent, ils découvrent leur vraie identité et finissent ainsi par se réapproprier leurs valeurs islamiques. Dès lors, il n’est plus possible de leur imposer des tenues vestimentaires ou une façon de vivre que l’Occident perçoit comme universelles. Voilà ce que les cent « intellectuels » reprochent réellement aux « islamistes » : ils sont inassimilables

Curieusement, c’était aussi le constat de départ d’Adolf Hitler à l’égard des Juifs. Il ne supportait pas leur « inassimilabilité » : 

quote-left

Notre racisme n’est agressif qu’à l’égard de la race juive... Transplantez un Allemand aux États-Unis, vous en faites un Américain. Le Juif, où qu’il aille, demeure un juif. C’est un être par nature inassimilable. Et c’est ce caractère même qui le rend impropre à l’assimilation, qui définit sa race.

« Testament politique de Hitler », notes recueillies par Martin Bormann, 1959. 

En effet, la haine de l’autre s’accentue lorsque celui-ci devient un élément visible de la société. La première réaction est de rendre l’autre « invisible », ou, — pour citer Jean-Pierre Chevènement — le rendre plus « discret ». Il s’agit d’une astuce très pratique qui évite la remise en question des sentiments de haine que l’on éprouve envers une minorité religieuse. 

Si après ça, les musulmans refusent encore de raser les murs (premier signe de radicalisation), on passe à la seconde étape : on pointe du doigt, et de manière dénigrante, les aspects distinctifs de l’« autre »

Le musulman visible est alors perçu comme un « sujet politique » essentiellement défini par sa « culture ». Toute apparence religieuse devient un signe politique, voire de conquête. Un peu comme chez les rabbins allemands qui, dans la propagande nazie, étaient décrits comme des « éducateurs politiques »2.  

Le résultat est que les hommes barbus et les femmes voilées deviennent des représentants de l’« islamisme ». Leur simple présence dans l’espace public est perçue comme un envahissement du Lebensraum républicain et aurait une influence néfaste sur la pureté culturelle du pays

À des fins de propagande, les cent signataires du Figaro présentent leur tribune comme une mission pour « conscientiser les esprits » contre « un grand danger ». C’est non seulement un moyen de justifier leur haine des musulmans visibles, mais aussi de préparer le terrain pour un traitement plus sévère à leur égard. Jusqu’ici, le journal n’a pas encore exprimé son désir de déporter les musulmans non assimilables comme l’a fait Zemmour3. Néanmoins, c’est sûrement la prochaine étape dans la résolution du « problème musulman »...

Extrait de l'eBook

"Le Figaro – De l’islamophobie ordinaire à la propagande nazie"

à télécharger gratuitement ici.


DERNIERS ARTICLES

De l’implantation « juive » à l’implantation « islamiste »
La tribune « non au séparatisme islamiste » parue dans le Figaro du 19 mars, évoque des « islamistes qui ont réussi à s’implanter » et souligne le danger[...]
La Déclaration universelle des droits de l’homme… et le droit du Créateur
Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le monde entier semble être tombé sous l’emprise de la Déclaration universelle[...]
Musulmans de France: coupables, car inassimilables
Le 19 mars dernier, Le Figaro a publié une tribune intitulée « non au séparatisme islamiste » signée par cent individus que le magazine présente comme « intellectuels ».[...]
Comment mettre fin au terrorisme international en quelques jours seulement
Né à New York en 1933, William Blum est aujourd’hui le chroniqueur américain le plus connu pour dénoncer la politique[...]
Le salut du « Black Power » aux Jeux olympiques de 1968, une leçon pour les musulmans de l’équipe de France ?
Le 16 octobre 1968, aux Jeux olympiques de Mexico, deux Afro-américains ont fait une des déclarations les plus courageuses de l’histoire du monde sportif. Au[...]
Sionistes ou Palestiniens, qui a réellement collaboré avec les nazis ?
Chaque fois que des protestations mondiales s’élèvent contre la colonisation barbare de la Palestine, la machine de propagande sioniste se[...]

Notes:

  1. Sachant que tous les journalistes du Figaro ne soutiennent pas les dérives islamophobes du journal, l’auteur tient à préciser que cette recherche vise uniquement la tranche radicalisée du quotidien.
  2. Voir le film de propagande nazi Le Péril juif (‘Der Ewige Jude’, 1940).
  3. Éric Zemmour est le seul qui a eu le courage d’aller au bout de sa pensée en abordant un projet de déportation pour les musulmans non acculturés. Dans lejournal italien Corriere Della Sera, le chroniqueur xénophobe a appelé à déporter tous les musulmans français qui ne veulent pas vivre « à la française ». Zemmour a mis les musulmans devant le choix suivant : ou bien ils s’habillent et mangent à la française, ils s’assoient dans les cafés pour faire la cour aux filles tout en donnant des prénoms français à leurs enfants, ou bien... c’est la déportation.

author-avatar

Chercheur à l'Observatoire des Islamologues de France

Aucune réponse A "Musulmans de France: coupables, car inassimilables"

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publié