Lettre ouverte à l’épouse de Bachar el-Assad

Chère Asma,

L’autre jour, on m’a montré une vieille photo dans laquelle on voyait des enfants jouer dans une pataugeoire. Ils étaient en train de s’amuser avec l’eau dans le jardin arrière d’une belle maison de banlieue en Grande-Bretagne. Ce fut une chaleureuse journée d’été dans les années 1980. La joie, le bonheur et l’innocence que dégageait cette tendre enfance dans la photo pourraient, en un instant, faire fondre les cœurs les plus durs. En jouant, ces enfants montraient à la fois leur émerveillement et leur naïveté de façon à faire sourire n’importe qui. Il faut savoir qu’il n’y a que très peu de personnes qui sont immunisées de manière à ne pas tomber sous les charmes de la pureté de petits enfants envahis par le plaisir de l’amusement.

Cette photo qui a capturé quelques instants d’une joie débridée m’a fait sourire pour toutes les raisons que je viens de mentionner ; et ensuite j’ai eu envie de pleurer, car la petite fille qui barbotait dans la pataugeoire, Asma, c’était toi.

De toute évidence, tu possédais quelque chose que l’on refuse aujourd’hui d’accorder aux enfants de la Ghouta orientale et aux centaines d’autres enfants actuellement détenus dans les chambres de torture de votre mari. Toi, Asma, tu as eu une belle enfance, une enfance douce et innocente durant laquelle tu as pu apprécier les plaisirs anodins de tout enfant qui grandit sans peur ni contrainte.

L’armée de Bachar el-Assad bombarde la Ghouta orientale pour la huitième journée consécutive.

Avez-vous déjà vécu l’enfer à tel point qu’il ne vous était plus possible de vous souvenir de ce jour dans le jardin de votre maison à West Acton, une banlieue ouest de Londres qui fait environ un cinquième de la superficie de la Ghouta orientale ? 

Je suis curieuse de savoir comment vous pouvez, en tant qu’épouse du dictateur syrien Bachar el-Assad, repenser à votre propre enfance tout en soutenant la destruction de celle de tant d’autres. Votre mari est un homme qui a beaucoup de sang sur les mains ; son régime a assassiné des centaines de milliers de Syriens, principalement des civils innocents, dont de nombreux enfants avec leurs mères. Leur enfance — contrairement à la vôtre, Asma — leur a été volée de la manière la plus cruelle.

Votre père, quant à lui, est l’un des éminents chirurgiens cardiaques de Londres qui a consacré sa vie à sauver les autres, à l’opposé de l’homme que vous avez choisi d’épouser. Celui-ci se préoccupe de détruire la vie de milliers d’autres. Malheureusement, nous savons que vous avez encouragé le régime au moment même que le carnage, la destruction et les massacres avaient lieu en Syrie. Nous ne pouvons que remercier ceux qui ont divulgué vos courriels nous permettant ainsi de mieux vous connaitre et d’en savoir plus sur la relation que vous entretenez avec votre mari. Contrairement à cette jeune fille dans la pataugeoire, vous n’êtes plus un spectateur innocent.

Ce fut en 2016 et avec un léger accent de la région ouest de Londres, que vous parliez devant les caméras de Channel 24, une chaîne soutenue par la Russie. Vous avez alors exprimé « votre douleur et votre tristesse » après que votre mari ait déclenché une guerre contre son propre peuple… il y a maintenant sept ans. Vous avez vomi des phrases qui traitaient de  « honorer sa parole » et vous avez émis des sons tout aussi impressionnants reconnaissant la souffrance « sans précédent » des deux côtés. Cependant, lorsque vous étiez en train de donner cette interview, votre mari larguait des bombes barils sur la population civile de la Syrie.

Le régime laïque de Bachar a assassiné plusieurs centaines de milliers de Syriens, principalement d'innocents civils.

Aujourd’hui encore, ces bombes farouches ne cessent de s’abattre sur ce qui reste des hôpitaux et des maisons dans la Ghouta orientale. Là-bas, les enfants — durant les sept dernières années — n’ont vécu que l’intimidation de coups de feu bruyants, la terreur de missiles pulvérisant des maisons, la panique causée par les attaques chimiques et la peur constante de bombes mortelles envoyées dans des barils.

Aujourd’hui, les forces armées de votre mari ont lancé une attaque terrestre et aérienne contre la Ghouta orientale quelques heures seulement après que le Conseil de sécurité de l’ONU ait voté à l’unanimité en faveur d’un cessez-le-feu de 30 jours

Au moment où je vous écris cette lettre ouverte, on rapporte que le régime — dont vous faites partie — attaque les groupes d’opposition sur plusieurs fronts dans l’enclave tenue par les rebelles tandis que les avions de guerre de votre mari bombardent une zone assiégée pour la huitième journée consécutive...


Source: Middle East Monitor, "An open letter to Syria’s First Lady"

Traduction: https://www.histoiredislam.com  


Avis à nos lecteurs

Dorénavant, nos ebooks ne seront plus publiés en ligne, mais envoyés directement par mail aux personnes qui sont abonnées à notre newsletter. Si vous n’êtes pas encore abonnés, vous pouvez vous inscrire tout en bas de la page sous la case newsletter.

Merci,

La rédaction


ARTICLES RECENTS:

L.E. Cleaver, un Black Panther exilé en Algérie et père d’un prédicateur musulman
Leroy Eldridge Cleaver (1935 - 1998) était un écrivain, un activiste afro-américain et l’un des premiers dirigeants du Black Panther[...]
Macron : « Mais vous n’avez jamais connu la colonisation ! » Vraiment… ?
En décembre 2017, Macron, alors en déplacement à Alger, avait échangé avec un jeune homme sur le passé colonial de[...]
Le défi de l’Afrique, c’est de se débarrasser de la France
Plus de cinquante ans après leur lutte pour l’indépendance, les anciennes colonies françaises en Afrique payent toujours des « dettes » pour[...]
Bien avant Khabib, le Daghestan a connu un combattant bien plus puissant et féroce…
Il y a plus d’une semaine, le lutteur Khabib (russe pour « Habîb ») a vaincu son opposant irlandais lors d’un combat[...]
Yvonne Ridley: « Ecoutez plutôt la souffrance de votre Oumma… »
Vous la connaissez sans doute tous. Yvonne Ridley est la journaliste britannique qui s’est convertie après avoir été enlevée par[...]
Une femme musulmane décrit l’horreur qu’elle a vécue dans un des « camps de rééducation » en Chine
Fatima [1. Nom d’emprunt] est une femme ouïghoure âgée d’une vingtaine d’années de la préfecture de Kashgar dans la région[...]

author-avatar

Chercheur à l'Observatoire des Islamologues de France

Aucune réponse A "Lettre ouverte à l’épouse de Bachar el-Assad"

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publié