Le salut du « Black Power » aux Jeux olympiques de 1968, une leçon pour les musulmans de l’équipe de France ?

Le 16 octobre 1968, aux Jeux olympiques de Mexico, deux Afro-américains ont fait une des déclarations les plus courageuses de l’histoire du monde sportif

Au moment de la cérémonie de remise des médaillesTommie Smith (médaillé d’or) et John Carlos (médaillé de bronze) sont montés sur le podium pour saluer le drapeau américain et écouter l’hymne national. Mais au lieu de chanter et de lever la tête avec une main sur la poitrine, les deux athlètes ont mis des gants noirs, levé leur poing et ont baissé la tête jusqu’à la fin de l’hymne. 

La scène s’est déroulée en plein milieu du stade olympique et devant les caméras du monde entier. Les deux hommes voulaient ainsi attirer l’attention sur la politique raciste et ségrégationniste de leur gouvernement qui se vantait de leur victoire olympique, mais n’accordait pas les droits élémentaires aux Noirs américains.

Aux Jeux olympiques de 1968, Smith et Carlos lèvent le poing pour attirer l’attention sur la politique raciste de leur gouvernement.

Après leur retour aux États-Unis, Smith et Carlos ont été exclus par l’establishment sportif américain et ont tous les deux été victimes d’abus et de menaces de mort. Or, quarante ans plus tard, après la dé-radicalisation d’une grande partie de la masse américaine, ils seront traités comme des héros. En 2008, ils sont récompensés pour leur action et reçoivent le prix « Arthur Ashe Courage Award » lors des ESPY Awards (un prix également attribué à Mohammed Ali et Nelson Mandela).

Aujourd’hui, cet événement historique devrait inspirer les joueurs musulmans de l’équipe de France, car ils ont désormais une occasion en or pour attirer l’attention du monde sur l’islamophobie du gouvernement français

Aujourd’hui, ils peuvent demander que la France arrête de discriminer et de persécuter leurs mères, leurs sœurs et leurs filles. Qui sait pourront-ils ainsi aider les femmes musulmanes à retrouver le droit de pratiquer librement leur religion et de porter à nouveau le voile là où elles le souhaitent. 

Les musulmans chez les bleus ont aujourd'hui une opportunité de demander à la France de rendre aux femmes voilées leurs droits les plus élémentaires.

Leur message constituera un signal extrêmement fort pour dire que si la France a autant profité des musulmans, il serait temps qu’elle leur rende leurs droits les plus élémentaires. S’ils ne font rien, le monde entier comprendra que la France a volé la coupe du monde à des gens qu’elle discrimine quotidiennement. En effet, l’équipe nationale comprend sept joueurs musulmans et quinze joueurs d’origine africaine.

Il est temps que la France commence à respecter les musulmans à tout moment, et non seulement lorsqu’ils marquent des buts.

Les musulmans chez les bleus ont aujourd'hui une opportunité de devenir de vrais hommes en luttant pour une cause noble qui servira leur communauté.

Reste à savoir s'ils en auront le courage


DERNIERS ARTICLES

L.E. Cleaver, un Black Panther exilé en Algérie et père d’un prédicateur musulman
Leroy Eldridge Cleaver (1935 - 1998) était un écrivain, un activiste afro-américain et l’un des premiers dirigeants du Black Panther[...]
Macron : « Mais vous n’avez jamais connu la colonisation ! » Vraiment… ?
En décembre 2017, Macron, alors en déplacement à Alger, avait échangé avec un jeune homme sur le passé colonial de[...]
Le défi de l’Afrique, c’est de se débarrasser de la France
Plus de cinquante ans après leur lutte pour l’indépendance, les anciennes colonies françaises en Afrique payent toujours des « dettes » pour[...]
Bien avant Khabib, le Daghestan a connu un combattant bien plus puissant et féroce…
Il y a plus d’une semaine, le lutteur Khabib (russe pour « Habîb ») a vaincu son opposant irlandais lors d’un combat[...]
Yvonne Ridley: « Ecoutez plutôt la souffrance de votre Oumma… »
Vous la connaissez sans doute tous. Yvonne Ridley est la journaliste britannique qui s’est convertie après avoir été enlevée par[...]
Une femme musulmane décrit l’horreur qu’elle a vécue dans un des « camps de rééducation » en Chine
Fatima [1. Nom d’emprunt] est une femme ouïghoure âgée d’une vingtaine d’années de la préfecture de Kashgar dans la région[...]

author-avatar

Chercheur à l'Observatoire des Islamologues de France

Aucune réponse A "Le salut du « Black Power » aux Jeux olympiques de 1968, une leçon pour les musulmans de l’équipe de France ?"

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publié