Traiter votre enfant à chaque étape de la vie selon son âge

La personne qui élève son enfant doit développer plusieurs règles de base dans la pédagogie. Une de ces règles veut qu’à chaque étape de la vie, l’enfant a besoin d’être traité d’une façon particulière selon la tranche d’âge dans laquelle il se trouve. Chaque cycle de la vie de l’enfant exige une méthodologie bien précise que doivent adopter les parents dans leur comportement envers l’enfant ainsi que dans leurs confrontations et leurs discussions avec lui. 

Il faut imposer une pédagogie dans l’éducation pour faciliter le futur de ses enfants et obtenir des résultats exemplaires. Tout cela sera déterminé en fonction des diverses approches que prennent les parents lors de l’éducation. La première étape a lieu lorsque l’enfant est encore tout petit et ne comprend rien aux déroulements de la vie. Il n’a pas encore atteint la force physique pour pouvoir se défendre ni la capacité intellectuelle pour pouvoir différencier le bien du mal. Les différentes étapes dans l’éducation dont nous parlons sont toutes basées sur cette étape initiale dans laquelle l’enfant, encore tout petit, est dans le besoin de recevoir une éducation adéquate et adaptée à son âge

C’est donc à travers les actes de notre Prophète ﷺ, que la Sounna prophétique clarifie les aspects à prendre en compte durant l’éducation de l’enfant qui se trouve dans cette tranche d’âge. En effet, cette Sounna bénie met de l’ordre dans tous les aspects de la vie, aussi bien dans le domaine de la religion et l’adoration que dans les affaires de la vie quotidienne ou celles liées à l’éducation, au comportement et autre. Certes, Allah a clarifié toute chose dans sa législation et n’a rien négligé dans le Coran. « Il n’y a rien que Nous avons négligé dans le Livre ». 1)NDT : Sourate Al-An’aam 38

Toutes ces sujets-là ont été ou bien mentionnées de façon explicite, ou bien déduites des règles globales de la législation qui sont issues des textes globaux du Coran et de la Sounna prophétique. Il faut savoir que ce qui a été rapporté dans la Sounna sont des paroles qu’Allah a ordonné à Son Prophète de transmettre comme mentionné dans le hadith ou le Prophète ﷺ a dit : « j’ai reçu (de mon Seigneur) le Coran et ce qui lui est semblable. 2)NDT : La ‘chose semblable’ mentionnée dans ce hadith est la Sounna prophétique. L’Imam Al-Baghawi a dit : « Le Prophète ﷺ a dit : ‘j’ai reçu (de mon Seigneur) le Coran et ce qui lui est semblable’. Par-là, il entendait qu’il a reçu une partie de la révélation en dehors des versets coraniques qu’on récite (dans le Coran). Il a reçu les différentes ‘Sounnan’ qui n’ont pas été mentionnées textuellement dans le Coran de la même façon qu’il a reçu les versets coraniques (c.-à-d. par révélation). » (Voir ‘Charh El Sunna’, p.201— 202).. » 3)NDT : Hadith rapporté par Abu Dawud (n° 4604) et par L’Imam Ahmed dans son Musnad (28/410) et jugé authentique par Cheikh Al-Albani. La Sounna prophétique est là pour clarifier les choses et parmi les sujets importants qui ont été traités dans la Sounna, il y a bien sûr l’éducation et plus spécifiquement l’éducation des enfants lors des différentes étapes de la vie. Nous retrouvons dans la Sounna des hadiths qui traitent de l’éducation à la petite enfance qui est la période préscolaire. 

L’INVOCATION POUR PROTEGER LES ENFANTS

Notez que lorsque nous parlons de l’enfant nous visons le sens général du terme qui comprend aussi bien les garçons que les filles, car ils sont tous considérés comme étant de jeunes êtres humains qui ne sont pas capables de se défendre par un moyen quelconque. C’est dans la Sounna que le Prophète ﷺ a clarifié avec ses paroles et ses actes que l’enfant à cet âge-là a besoin de quelqu’un pour le recueillir, pour assurer la garde afin qu’il soit préservé de tout mal. Ainsi, lorsque le Prophète ﷺ demanda protection pour ses deux petits-enfants Al-Hassan et Al-Hussein, il dit : « je demande à Allah, par Ses Paroles parfaites, de vous préserver contre tout diable, contre tout insecte venimeux 4)NDT : Ceci est la traduction du terme arabe ‘haamma’. Toutefois, il est important de mentionner que les savants ont deux explications du terme : la première est l’insecte venimeux et la deuxième est toute créature qui cherche à faire du mal.  et contre tout mauvais œil 5)NDT : L’invocation se lit en plaçant la main sur la tête de l’enfant (ou des enfants) et se prononce en arabe de la façon suivante : « U’idhuka bi Kali- mâtillahi At-Tâmma min Kulli Chaytâni wa Hâmma wa min Kulli Aynin Lâmma ». Lorsqu’il s’agit de deux enfants, le premier mot de l’invocation ‘u’idhuka’ est remplacé par ‘u’idhukuma’.. » 6)NDT : Hadith rapporté par Bukhari (n° 3371), Ibn Majah (n° 3525), Abu Dawud (n° 4739), Al-Tirmidhi (n° 2060), Al-Nasaa’i (n° 7726), Musnad Ahmed (4/20), et a été jugé authentique par l’Imam Al-Dhahabi et Cheikh Al-Albani. Ce hadith prodigieux contient une demande de protection du Prophète ﷺ pour ses deux petits-enfants lorsqu’ils étaient encore tous petits

Nous pouvons en déduire que la personne ne doit pas uniquement prendre soin de ses enfants d’un point de vue matériel et qu’elle doit également tenir compte de l’aspect religieux. Les parents doivent faire des invocations pour leurs enfants en prononçant les paroles rapportées dans la Sounna qui sont une cause de protection contre le mal. C’est avec ces paroles que le Prophète ﷺ demanda protection pour ses deux petits-enfants et dit : « c’est avec cette invocation que Ibrahim demandait protection pour Ismaël et Isaac. » 7)NDT : Cette parole du Prophète ﷺ se trouve dans le même hadith où il demanda la protection pour ses deux petits-enfants Hassan et Hussein. En effet, cette invocation fut initialement adressée par Ibrahim et plus tard répétée par le Prophète Mohammed ﷺ pour demander la protection de ses petits-enfants. 

Nous comprenons ainsi que l’enfant, à cet âge-là, est incapable de se préserver du mal lui-même et qu’il a besoin de sollicitude parentale. Voilà pourquoi le Prophète ﷺ a demandé la protection « contre tout diable, contre tout insecte venimeux et contre tout mauvais œil. » Les enfants peuvent être atteints par le mauvais œil comme ils peuvent se faire piquer par un insecte. L’enfant ne peut pas repousser les choses qui lui nuisent, il ne peut même pas se défendre contre les insectes. Il se peut qu’un gros serpent enlace et étouffe cet enfant qui est incapable de repousser cet animal et de se protéger. Cette invocation nous indique donc que l’enfant est impuissant et cela implique qu’il a besoin d’une surveillance qui empêchera que cet enfant perde la vie. Le mal ne vient pas uniquement du mauvais œil, mais également de choses plus concrètes qui posent un danger pour l’enfant. Par exemple, il faut éviter de placer l’enfant dans un endroit élevé duquel il pourra basculer. Ce sont toutes des choses qui doivent être prises en considération, car l’enfant ne peut repousser le mal par lui-même. 

Frères et sœurs, réfléchissez au nombre d’enfants qui ont perdu la vie après que les parents ont relâché la surveillance. L’enfant basculé d’un coup, se retrouve le visage enfoncé dans le coussin pendant un long moment et s’étouffe. C’est une chose qui a surtout lieu les premiers mois après la naissance lorsqu’il n’a pas encore atteint l’âge de six mois et qu’il apprend à se retourner. À cet âge, les parents doivent faire très attention à ne jamais laisser l’enfant seul lorsqu’il commence à comprendre comment il peut se retourner. Après parfois plus d’une heure d’inattention du surveillant, l’enfant s’étouffe dans cette situation sans que personne se demande ce qu’il fait. 

Certains enfants, lorsqu’ils atteignent l’âge de deux ou trois ans, se promènent à la plage au bord de la mer. Lorsque l’enfant s’approche des vagues, l’eau le prend par surprise, il perd l’équilibre, culbute et se noie, car il n’est pas capable de se relever. Frères et sœurs, sachez qu’avant l’âge de quatre ou cinq ans, l’enfant ne fait aucune différence entre la réalité et l’imagination et c’est pourquoi il est incapable de se défendre lui-même. Il y a longtemps, je fus étonné d’apprendre que des enfants se noyèrent dans une baignoire ou dans un grand seau d’eau. Je me disais : « pourquoi cet enfant ne s’est-il pas relevé ou n’a-t-il pas relevé la tête ? » J’ai uniquement compris ce genre d’accident lorsque j’ai su que les enfants à cet âge-là sont incapables de distinguer et de concevoir les choses. C’est une des raisons pour laquelle les gens de science ont dit qu’à cet âge-là, les parents ne doivent pas frapper leur enfant pour le corriger, car il ne conçoit pas la réalité des choses. 

C’est uniquement après avoir compris ceci que mon étonnement fut dissipé. Cela prouve, une fois de plus, que les parents doivent faire très attention à leurs enfants qui appartiennent à cette tranche d’âge. À ce stade, le parent doit bien prendre soin de son enfant, car c’est ici qu’il apprend à connaitre la pédagogie et à comprendre comment élever son enfant. Cette attention portée aux enfants doit augmenter davantage lorsque ces derniers commencent à prononcer des mots et à comprendre certaines réalités. 

OBTENIR DES RÉSULTATS CONCRETS DANS L’ÉDUCATION

Il faut, bien entendu, ne pas appliquer toutes les méthodes d’éducation en même temps. En revanche, les parents doivent être capables de commencer chaque phase de l’éducation avec les moyens appropriés. Parfois, il peut s’agir d’une habitude que prend l’enfant. Ainsi, il mettra sa main dans la bouche, il commencera à se ronger les ongles et puis, arrivé à l’âge de trois ans, il commence à parler. C’est à ce moment-là que les parents doivent changer les idées de l’enfant en ouvrant de nouveaux sujets. Il faut lui donner des choses qui l’occuperont et qui le stimulent. Il ne suffit pas de lui dire que beaucoup de gens sont morts en se rongeant les ongles, car il se peut que l’enfant perçoive de nombreuses personnes adultes qui se rongent les ongles et comprend bien qu’ils ne meurent pas. En analysant la réalité à laquelle il est confronté, il comprendra que vous lui avez menti.

Dans une situation pareille, le père et la mère doivent plutôt trouver une méthode pour stimuler l’enfant, car cela lui fera oublier la chose que vous souhaitez lui interdire. Par exemple, si vous voyez que votre fils se ronge les ongles, ouvrez un nouveau sujet qui n’a aucun lien avec le fait de se ronger les ongles pour détourner son attention. Il faut que l’esprit de l’enfant soit occupé par toute autre chose et vous aurez ainsi évité la confrontation. Regardez, si vous dites à votre enfant que des gens meurent en se rongeant les ongles, vous lui avez raconté un mensonge. Plus tard, l’enfant grandira et apprendra que les adultes ne meurent pas parce qu’ils se rongent les ongles. Le résultat est que votre enfant vous considérera comme un menteur. Donc, stimulez-le pour éviter une situation pareille. 

Quelle leçon pouvons-nous tirer de ceci ? La réponse est simple : pour obtenir des résultats concrets avec les enfants, il faut prendre en considération les différents aspects pédagogiques à partir de la naissance de l’enfant. Nous redoutons tous qu’un mal quelconque atteigne notre enfant. De même, il faut que nous redoutions les conséquences d’une confiance excessive sur le plan éducatif. Les enfants constituent une partie inséparable de notre corps qui se promène devant nous. Ils sont comme notre foie. Pensez à l’importance de votre foie qui est la partie essentielle la plus fragile du corps. Si votre foie ne fonctionne plus ou est détruit par un accident ou par la maladie, vous mourrez. Vos enfants sont à l’image de votre foie que vous voyez devant vous. Il est normal que vous désiriez prendre soin de votre foie dans son intégralité ainsi que de ce qui l’entoure. C’est la même chose pour les enfants ; non seulement avez-vous peur qu’ils soient atteints d’une maladie physique, vous souhaitez également qu’ils soient préservés de tout mal venant des diables. C’est pourquoi le Prophète Mohammed, le messager sage, doux et juste, demanda la protection pour ses deux petits-enfants Al-Hassan et Al-Hussein avec cette invocation. 

Nous comprenons du contenu de cette invocation que l’homme, et plus spécifiquement l’enfant, peut être atteint d’un mal quelconque à cause du mauvais œil. Le diable peut s’emparer de lui parce qu’une personne l’a regardé d’un mauvais œil pour une raison ou une autre. Il se peut que l’enfant soit très éloquent et qu’il ait la capacité de mettre de l’ordre dans ses propos à un âge très jeune. Ce sont des qualités chez l’enfant qui attirent l’attention des gens. Prenez donc soin à ne pas laisser votre enfant fréquenter des gens que vous ne connaissez pas et faites tout pour qu’il soit uniquement entouré de personnes en qui vous avez confiance et qui ont un amour et une amitié sincère. Certains enfants ont une beauté remarquable et deviennent ainsi susceptibles d’être atteints par le mauvais œil. Le moyen pour protéger l’enfant de ceci est de lire sur lui l’invocation que nous venons de mentionner. C’est la meilleure chose à faire pour préserver l’enfant, car celui-ci n’a pas les capacités de lire les invocations lui-même ni de demander la protection d’Allah contre le mal. 

D’un autre côté, dans cette même invocation, le Prophète ﷺ a demandé la protection « contre tout diable et contre tout insecte venimeux ». La personne peut se faire piquer par des animaux venimeux tout comme elle peut souffrir d’angoisses qui sont dues au mauvais œil ou à autre chose et qui finissent par le détruire. Si l’homme n’est pas capable de repousser cette angoisse, il doit chercher refuge auprès d’Allah comme mentionné dans les textes religieux. Ici, nous retrouvons par exemple cette parole d’Allah que récitait le Prophète ﷺ lorsqu’il cherchait refuge auprès de son Seigneur : « Dis : "Je cherche protection auprès du Seigneur de l’aube naissante, contre le mal des êtres qu’Il a créés »  (Sourate Al-Falaq 1-2.).

Toute chose dans la création d’Allah, qu’il s’agisse d’êtres humains ou d’objets, peut contenir un mal et en cherchant refuge auprès d’Allah contre ce mal, vous repoussez ce mal de votre personne. Le Prophète ﷺ prononçait cette invocation pour ses deux petits-enfants afin de repousser le mal et nous avons tous dans le Messager d’Allah un excellent modèle à suivre

Ce stade où l’enfant se trouve dans son plus bas âge requiert une méthodologie adéquate dans la pédagogie. Il ne sert à rien de mettre en avant les aspects éducatifs qui sont incompréhensibles pour l’enfant à cet âge-là. N’essayez pas de convaincre l’enfant de cinq ou six ans avec des moyens qui sont conçus pour des enfants de quinze ou seize ans, car éduquer l’enfant avec des choses qu’il ne saisit pas est une perte de temps et un gâchis dans l’éducation

Ali Ibn Abi Talib 8)NDT : Il s’agit du noble compagnon Ali Ibn Abi Talib qui fut le quatrième Khalife bien guidé après Abu Bakr, Omar et Othman. : « parler aux gens avec ce qu’ils comprennent. Voulez-vous qu’ils démentent Allah et Son Messager ? » De même, Ibn Mas’ud 9)NDT : Il s’agit du compagnon noble Abdullah Ibn Mas’ud. a dit : « lorsque vous vous adressez aux gens avec des paroles qu’ils sont incapables de comprendre, elles deviendront une épreuve pour certains parmi eux. » Observez donc cette Sounna prophétique et ces paroles qui ont été tirées de la lumière prophétique. Si le fait de parler aux adultes de choses qui les dépassent constitue une épreuve pour certains parmi eux, que dire si l’on s’adresse à un petit enfant avec certains aspects secondaires dans l’éducation, avec certains hadiths compliqués qui sont moins importants et avec des paroles qu’on peut uniquement comprendre à partir de l’âge de quinze ans ? Ces choses-là ne doivent donc pas avoir lieu lorsque vous avez à faire avec des enfants qui ont cinq, six ou sept ans. Et c’est ainsi que nous pouvons conclure que chaque tranche d’âge requit une pédagogie spécifique dans l’éducation.10)Extrait du livre « Mes enfants, l’éducation selon les préceptes musulmans » de Cheikh Sâlem Al-Ajmi (Éditions El-Hejaz).

À suivre…

>> Lire les autres extraits du livre .


L’éducation des enfants joue un rôle capital dans la vie de tout musulman. Toutefois, nombreux sont les parents qui n’ont pas recours aux solutions fiables pour élever correctement leurs enfants.

Ce livre vous offre des solutions pratiques et efficaces dans une série de cours qui sont simples et accessibles à tout le monde. L’auteur y rend facile l’éducation islamique en citant des exemples pratiques de la vie de tous les jours accompagnés de réponses réalistes aux problèmes que rencontrent les parents. Il explique admirablement comment ceux-ci doivent se comporter avec leurs enfants dans des situations concrètes qui sont souvent difficiles, voire impossibles à gérer.

« Mes Enfants, l’éducation selon les Préceptes Musulmans » est un guide qui permet aux parents d’adopter les comportements islamiques et les bonnes mœurs dans leur relation avec les enfants.


DERNIERS ARTICLES

Le privilège blanc, deuxième angle mort de l’islamophobie française
[Suite de la 1e partie «Les angles morts de l’islamophobie française»] Des siècles d’oppression (croisades, colonisation, impérialisme…) ont produit différents[...]
Les angles morts de l’islamophobie française
L’affaire Thuram a mis au grand jour le racisme institutionnalisé et latent dont souffre une bonne partie des médias français.[...]
Şenler, une héroïne turque peu connue.
Originaire de Chypre, Sule Yüksel Senler est née en Turquie en 1938. À 14 ans, elle a dû arrêter ses[...]
Le port du voile intégral en Europe, une histoire de plus de 500 ans…
La Hollande est (après la Belgique, l’Autriche et le Danemark) le dernier pays à avoir interdit le port du voile[...]
La décolonisation des musulmans, par où commencer ?
Du Maghreb à l’Indonésie, la réforme poursuivie par le colonisateur visait non seulement la désislamisation des peuples indigènes, mais aussi[...]
Comment gagner l’amour de votre enfant (éducation islamique)
​Nos enfants sont une partie inséparable de notre corps et c’est pourquoi nous devons livrer de grands efforts pour un[...]

Notes:   [ + ]

1. NDT : Sourate Al-An’aam 38
2. NDT : La ‘chose semblable’ mentionnée dans ce hadith est la Sounna prophétique. L’Imam Al-Baghawi a dit : « Le Prophète ﷺ a dit : ‘j’ai reçu (de mon Seigneur) le Coran et ce qui lui est semblable’. Par-là, il entendait qu’il a reçu une partie de la révélation en dehors des versets coraniques qu’on récite (dans le Coran). Il a reçu les différentes ‘Sounnan’ qui n’ont pas été mentionnées textuellement dans le Coran de la même façon qu’il a reçu les versets coraniques (c.-à-d. par révélation). » (Voir ‘Charh El Sunna’, p.201— 202).
3. NDT : Hadith rapporté par Abu Dawud (n° 4604) et par L’Imam Ahmed dans son Musnad (28/410) et jugé authentique par Cheikh Al-Albani.
4. NDT : Ceci est la traduction du terme arabe ‘haamma’. Toutefois, il est important de mentionner que les savants ont deux explications du terme : la première est l’insecte venimeux et la deuxième est toute créature qui cherche à faire du mal.
5. NDT : L’invocation se lit en plaçant la main sur la tête de l’enfant (ou des enfants) et se prononce en arabe de la façon suivante : « U’idhuka bi Kali- mâtillahi At-Tâmma min Kulli Chaytâni wa Hâmma wa min Kulli Aynin Lâmma ». Lorsqu’il s’agit de deux enfants, le premier mot de l’invocation ‘u’idhuka’ est remplacé par ‘u’idhukuma’.
6. NDT : Hadith rapporté par Bukhari (n° 3371), Ibn Majah (n° 3525), Abu Dawud (n° 4739), Al-Tirmidhi (n° 2060), Al-Nasaa’i (n° 7726), Musnad Ahmed (4/20), et a été jugé authentique par l’Imam Al-Dhahabi et Cheikh Al-Albani.
7. NDT : Cette parole du Prophète ﷺ se trouve dans le même hadith où il demanda la protection pour ses deux petits-enfants Hassan et Hussein.
8. NDT : Il s’agit du noble compagnon Ali Ibn Abi Talib qui fut le quatrième Khalife bien guidé après Abu Bakr, Omar et Othman.
9. NDT : Il s’agit du compagnon noble Abdullah Ibn Mas’ud.
10. Extrait du livre « Mes enfants, l’éducation selon les préceptes musulmans » de Cheikh Sâlem Al-Ajmi (Éditions El-Hejaz).

author-avatar

Chercheur à l'Observatoire des Islamologues de France

Aucune réponse A "Traiter votre enfant à chaque étape de la vie selon son âge"

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publié